+ 4 % de croissance pour le bâtiment au premier trimestre 2017 !

+ 4 % de croissance pour le bâtiment au premier trimestre 2017 !
partage(s)

La reprise se confirme dans le bâtiment. Depuis le début de l’année, l’activité a progressé de 4 % dans le secteur du bâtiment, même dans le domaine des travaux d’amélioration-entretien.

Objectif de croissance dépassé pour le secteur du bâtiment

Les sourires sont de mises à la Fédération française du bâtiment (FFB). Alors qu’elle tablait fin 2016 sur « une croissance de l'activité de 3,4 % en volume sur l'ensemble de 2017 », le premier trimestre seul a vu l’activité croître de 4 % comparé à la même période de 2016. Depuis des mois, le logement neuf, particulièrement dynamique, « porte l’essentiel de la croissance » (+ 12,8 %). Autre motif d’optimisme : les mises en chantier et les permis de construire sont en hausse, ce qui devrait avoir des effets positifs sur le secteur. Même constat positif concernant les ventes des promoteurs et des constructeurs de maisons : si la construction neuve en non résidentiel est quasi stable (+ 0,4% sur un an), elle devrait retrouver de la vigueur car les quatre premiers mois de 2017 ont vu une hausse des surfaces autorisées et commencées (+ 2,4 % et + 3,3 %), ce qui devrait avoir un effet positif dans les prochains mois.

Une vive progression des emplois

Dans ce paysage positif, seul le secteur des locaux commerciaux, « à rebours des tendances précédentes, décroche depuis la mi-2016 », observe la FFB. Même l'activité de travaux d'amélioration-entretien, restée longtemps à la traîne, s'affiche en hausse de 1 % en glissement annuel sur le premier trimestre 2017. La FFB anticipe même « une légère accélération au deuxième trimestre ». De quoi favoriser l'emploi : au final, les embauches ont été plus élevées que prévues. Le premier trimestre 2017 se solde sur une vive progression de 16 300 emplois par rapport à la même période il y a un an. La FFB avait misé sur « seulement » 10 000 embauches supplémentaires. Ce sont essentiellement des postes d'intérim (14 400) en équivalent-emplois à temps plein, mais aussi de 1 900 postes permanents », souligne la fédération.

Bon à savoir

Sans bouder son plaisir, la FFB rappelle tout de même que le secteur avait perdu 180 000 emplois depuis 2008. Une inversion de tendance saluée mais qui ne doit pas faire oublier que la construction avait touché le fond...