Bâtiment : une croissance de l’activité supérieure à 4 %

Bâtiment : une croissance de l’activité supérieure à 4 %
partage(s)

Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, la reprise de l'activité est bel et bien là. Les mises en chantier progressent fortement, aussi bien pour les logements individuels que collectifs.

Dans le bâtiment, les mises en chantier sont en hausse de 9 %

Pour le bâtiment, l’embellie entamée mi-2016 s’est confirmée au 1er semestre 2017, et les perspectives pour le second sont réjouissantes. Sur l’ensemble de l’année, une croissance de l’activité supérieure à 4 %, donc bien plus forte que celle initialement prévue (3,4 % annoncé fin 2016), est même envisagée, d’après les chiffres de la Fédération Française du Bâtiment (FFB). A l’échelle nationale, « le neuf tire toujours l’activité vers le haut, à une cadence qui ne faiblit pas », selon Jacques Chanut, président de la FFB. Au cours des 7 derniers mois, les mises en chantier des logements progressent de 8,9 % et les surfaces commencées de locaux non résidentiels affichent une hausse de 2,1 %. Tous les segments du bâtiment participent à cette dynamique, l’individuel (+ 13,4 %) comme le collectif (+ 17,4 %).

Tendance Immo Neuf 2017
Les mises en chantier progressent depuis de nombreux mois. © FFB

L’intérim au beau fixe dans le secteur

L’emploi se porte également très bien dans le BTP, avec une hausse de plus de 21 100 postes (+ 1,8 %) en glissement annuel sur le 1er semestre 2017. Une dynamique surtout « boostée » par l’intérim (+ 17 400 équivalent-emplois à temps plein, soit + 22,5 %), même si les effectifs salariés progressent aussi (+ 3 700, soit + 0,3 %). Du côté du segment « amélioration-entretien », la Fédération Française du Bâtiment, prévoit une activité un peu plus dynamique qu’initialement prévue pour le reste de l’année. De plus, les crédits immobiliers accordés aux ménages pour gros travaux seuls affichent un léger mieux, à + 11,6 % en glissement annuel sur le 1er semestre 2017. D’après Jacques Chanut, « pour la première fois depuis 2011, l’opinion des chefs d’entreprise sur le marché et sur ses perspectives se redresse, y compris chez les artisans. »  

Des motifs d’inquiétude pour les mois à venir ?

La situation actuellement très positive dans le neuf ne peut toutefois pas masquer quelques inquiétudes pour l’avenir du secteur. En effet, les ventes des logements ont décroché au deuxième trimestre, dans l’individuel (- 1,9 %) comme dans le collectif (- 9,4 %). D’ailleurs, le nombre et la production de crédits immobiliers pour le neuf baissent aussi sur la même période. « Il semble que la hausse des prix de vente relevée depuis 2016 commence à désolvabiliser certains ménages, faute de pouvoir compter sur une nouvelle amélioration des conditions de crédit ou sur une meilleure mobilisation de l’apport personnel pour compenser », selon Jacques Chanut. Le président de la Fédération Française du Bâtiment ajoute que cette tendance « pourrait s’accentuer compte-tenu des premières annonces du gouvernement », dans le cadre de son grand projet de loi Logement.

Evolution Ventes Immo Neuf
Les ventes des logements neufs reculent au 2e trimestre 2017. © FFB