L’écoconstruction : le nouveau crédo des professionnels du bâtiment

L’écoconstruction : le nouveau crédo des professionnels du bâtiment
partage(s)

L’écoconstruction, encore confidentielle il n’y a pas si longtemps, conquiert des parts de marché toujours plus importantes chez les promoteurs à la faveur de la réglementation thermique 2012. Une véritable petite révolution pour les nouvelles résidences collectives.

L’écoconstruction, c’est quoi au juste ?

Au-delà de son architecture souvent audacieuse et novatrice, l’écoconstruction consiste principalement à édifier un bâtiment en respectant, à chaque étape du chantier, un principe général de développement durable. Il s’agit non seulement d’utiliser des matériaux non polluants pour l’environnement (bois, brique, éventuellement béton…), mais aussi de concevoir l’immeuble de telle sorte que son empreinte écologique sur le long terme soit la plus faible possible. Cela passe par une bonne ventilation mécanique et une isolation thermique optimale visant à réaliser des économies de chauffage, ou encore par la récupération de l’eau de pluie à des fins domestiques.

Les habitations conformes à la RT 2012 sont parfois écoconstruites, mais c’est loin d’être toujours le cas. Un bâtiment écoconstruit doit viser un label supérieur, comme le dernier BBC Effinergie ». 

Bertrand S., conseiller en éco-rénovation.

Une évolution lente des techniques du bâtiment

Les principes de l’écoconstruction s’inscrivent pleinement dans la logique des normes les plus récentes, dont la RT 2012 et bientôt la RT 2020. Ils ne datent pourtant pas d’hier. L’idée de construire des bâtiments à la fois plus économes en énergie et plus sains remonte aux années 1970, qui ont été le théâtre des deux grandes crises pétrolières et des premiers doutes sur certains matériaux de construction très polluants, comme l’amiante. Présente en Allemagne dès cette époque grâce au concept de « Baubiologie » développé par Schneider, l’écoconstruction ne connaît véritablement ses débuts en France qu’en 1994, avec la naissance de l’association HQE (Haute Qualité Environnementale).

Quels matériaux utiliser ?

Contrairement à une idée répandue, l’écoconstruction ne restreint pas tant que ça les possibilités qui vous sont offertes dans le choix du matériau de construction, et les professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE) sont susceptibles de se spécialiser dans différentes techniques. Le bois, chaleureux et isolant, reste bien sûr le produit vedette chez un grand nombre d’entre eux. La façade pourra être laissée à l’état naturel ou recouverte par exemple de crépi. D’autres matériaux isolants et typiques de l’écoconstruction incluent la brique en terre cuite (pleine, creuse, monomur…), le béton (certes artificiel, mais recyclable et non polluant) et enfin la paille, qui offre une alternative intéressante mais reste marginale à ce jour.

Quels avantages pour les résidents ?

Le fait d’habiter dans un logement écoconstruit procure des avantages très appréciables. Le premier, évident, est de nature financière. La réduction de la facture énergétique annuelle libère un pouvoir d’achat considérable par rapport à une maison standard de même surface. Les autres atouts d’une maison ou d’un appartement en écoconstruction sont plus diffus, mais bien réels : c’est la satisfaction de vivre dans un environnement sain, bien isolé, harmonieux et tout simplement beau et moderne.

Les points clés à retenir

Les logements individuels ou collectifs gagnent constamment du terrain en France, ce qui est dû non seulement à l’évolution de la réglementation thermique mais aussi à celle des goûts et des mentalités. L’augmentation continue du coût des énergies fossiles devrait confirmer la tendance dans les prochaines années !

La rédaction vous conseille :