Les mises en chantier des logements neufs en hausse de 6,3 %

Les mises en chantier des logements neufs en hausse de 6,3 %

La reprise se poursuit sur le marché du logement neuf. De décembre à février, les mises en chantier et les permis de construire ont augmenté respectivement de 6,3 et 5 %, pour atteindre 112 100 et 120 700 unités.

Les mises en chantier boostent le logement neuf

Bonne nouvelle, les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 6,3 % de décembre à février en France, comparé aux mêmes mois de 2016. Dans le même temps, les permis de construire ont augmenté de 5 %, a annoncé le ministère de la Cohésion des territoires, dans un communiqué. Des chiffres qui font écho à ceux de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), qui constate que « la reprise se poursuit » sur le marché, en ce début d’année. Toujours sur ces trois mois, les mises en chantier se sont élevées à 112 100 unités, tandis que 120 700 permis de construire étaient délivrés, a précisé le ministère. Sur les douze derniers mois écoulés à fin février, les mises en chantier se sont élevées à 427 300 unités, tandis que les permis de construire étaient au nombre de 504 800. Néanmoins, derrière ces chiffres positifs, on peut constater un ralentissement du marché, puisque le rythme de progression des mises en chantier avait atteint 15,4 % en 2016.

Après une hausse confirmée à près de 5 % en volume l'année dernière, les chiffres disponibles sur les premiers mois de 2018 s'avèrent plus qu'encourageants, malgré des conditions climatiques assez difficiles »

Fédération Française du Bâtiment (FFB).

Vers un ralentissement du marché dans les prochains mois ?

Par type de logement, le secteur du logement individuel (non groupé) a progressé moins rapidement que celui du logement collectif : les mises en chantier affichent une hausse de 5,3 % dans le premier secteur et de 8,3 % dans le second, de décembre à février, sur un an. Du côté des permis de construire délivrés sur la même période, on observe là encore une croissance moindre dans l'individuel pur, en progression de 2,1 %, que dans le logement collectif (+ 7,4 %). D’autre part, les professionnels de la Fédération Français du Bâtiment s’inquiètent du recul des ventes de logements qui « s'accélère sur la période récente ». Un décrochage qui s’explique principalement par une dégradation de la solvabilité des ménages, suite aux hausses des prix immobiliers et aux mesures prises par le gouvernement, telles que le « rabotage » des aides (Prêt à taux zéro, dispositif Pinel, APL Accession) qui « conduisent à une déstabilisation des marchés ».