Philippe Jarlot : « notre but est qu’un maximum de personnes deviennent propriétaires »

Philippe Jarlot, gérant associé de MDH Promotion. ©DR
partage(s)

Il est des promoteurs immobiliers pour lesquels accession à la propriété et cohésion sociale ne sont pas de vains mots. MDH Promotion en fait partie. Éléments d’explication avec Philippe Jarlot, gérant associé.

SeLoger. MDH (Maîtrise et Développement de l’Habitat) Promotion vient de fêter ses 20 années d’existence. Qu’est-ce qui vous distingue de vos concurrents ?

Philippe Jarlot. MDH Promotions, ce sont 26 salariés et 350 logements neufs construits en Ile-de-France chaque année. À la différence de nos principaux concurrents, nous n’avons jamais débauché. Et chaque fois que nous avons eu la possibilité d’embaucher, nous l’avons fait. De plus, nous sommes spécialisés dans les logements familiaux. Nous construisons très peu de commerces ou de bureaux. Enfin, nous mettons tout en œuvre pour permettre à un maximum de personnes de devenir propriétaires. Cette démarche implique de construire des logements qui soient de qualité mais dont les prix ne s’envolent pas et restent attractifs.

Quels leviers actionnez-vous pour faire baisser les prix tout en maintenant
un haut niveau de qualité ?

Nous ne ciblons spécifiquement pas les investisseurs. Beaucoup de promoteurs immobiliers destinent la majorité de leurs ventes à des investisseurs locatifs. Parmi nos clients, il y a bien évidemment quelques investisseurs locatifs mais ce ne sont pas eux que nous ciblons en priorité. La plupart des personnes qui font appel à nous ne cherchent pas à réaliser un investissement mais à devenir propriétaires de leur résidence principale.

Quel est le profit-type des personnes qui font appel à vos services ?

Il s’agit le plus souvent de primo-accédants qui investissent en moyenne entre 180 000 et 200 000 €. De plus, beaucoup de nos logements étant situés en seconde couronne (Roissy, Melun, Magnanville, Saint-Quentin en Yvelines, Marne la Vallée, etc.), les prix au tournent autour des 3 000 €. Chez MDH Promotion, nous estimons que la classe moyenne a été trop longtemps délaissée.

Un ensemble de résidences construit au bord du canal de l'Ourcq
Les Terrasses des Bateliers (93), l'une des réalisations de MDH Promotion dont Philippe Jarlot tire le plus de fierté.

L’accession sociale semble vous tenir à cœur. A-t-elle toujours été dans l’ADN de MDH Promotion ?

Juridiquement, il est important de préciser que le terme « accession sociale » est réservé aux bailleurs sociaux dans le cadre des prêts sociaux location-accession (PSLA) qui sont des dispositifs mis en place par les pouvoirs publics afin de permettre aux ménages sous plafonds de ressources d’acheter leur logement neuf. Chez MDH Promotion, nous avons lancé notre première opération « d’accession à prix maîtrisé » il y a de cela une dizaine d’années. Nous avions monté un partenariat avec des communes. Celles-ci avaient accepté de nous céder des terrains au prix des domaines à charge pour MDH Promotion de privilégier les jeunes ménages de la commune ou de l’agglomération en leur proposant des logements jusqu’à 15 % moins chers que le prix du marché. En 2010, nous avons créé SOFIHA SAS (Société Financière pour l’Habitat Aidé). Cette filiale de MDH Promotion spécialisée dans l’accession sociale dispose de fonds propres et devrait nous permettre de faire sortir de terre, d’ici fin 2015, plus de 500 logements répartis entre Magnanville, Melun, Le Blanc-Mesnil, Nanterre et Maisons-Alfort.

« Près de 30 % de nos programmes sont réalisés avec des organismes financés par le 1 % patronal.

Cela nous permet de proposer, sur un même site, des logements vendus en accession à la propriété et des logement locatifs sociaux.

Le respect de l’environnement paraît être une autre de vos priorités. « Écologique » peut-il rimer avec « économique »  ?

Tout à fait. Tout en permettant aux familles modestes et aux classes moyennes d’accéder à la propriété « sociale », notre souci a toujours été de construire des logements qui soient non seulement de bonne qualité et à des prix attractifs mais aussi respectueux de l’environnement, peu « énergivores » et performants d’un point de vue thermique. Avant même que la RT 2005 (Réglementation Thermique) ne devienne obligatoire, nous avions été pionniers en termes de chauffage et d’isolation, sur la Résidence de la Frênaie, sur le site de Montévrain (77). Nous y avons installé une moquette solaire qui nous a permis de récupérer les différences thermiques de l’air extérieur et de produire, via des pompes à chaleur, jusqu’à 30 % de chauffage. Cette installation nous a valu d'être récompensés par EDF, en 2006.

« En termes d’objectifs, à fin 2015, nous envisageons de mettre en chantier 500 logements par an.

En 2013, ce sont 376 habitations que nous avons mises en chantier pour un chiffre d’affaires de 97 millions €.

D’un point de vue architectural, on sent que vos réalisations sont plus exigeantes que la moyenne.

Comme l’a écrit Antoine Houdar de La Motte, « l’ennui naquit un jour de l’uniformité ». D’un point de vue esthétique, nos constructions s’intègrent parfaitement à l’environnement paysager et aux caractéristiques architecturales spécifiques des lieux où elles sont situées. Mais loin de brider la créativité des architectes auxquels nous faisons appel, nous les encourageons au contraire à prendre un maximum de libertés tout en respectant bien sûr le cahier des charges et en gardant à l’esprit que nos coûts de construction doivent rester raisonnables.

On dit parfois que la qualité d'une entreprise dépend de la qualification de sa main d'œuvre, de ses partenaires et de ses sous-traitants. Vous confirmez ?

Nous avons notre propre service de développement, ce qui nous permet de très peu déléguer. Nos responsables de programmes se rendent régulièrement sur les chantiers afin de s’assurer que ce qui sera livré à nos clients est bien conforme à leurs souhaits. Quant aux entreprises, bureaux d’études et cabinets d’architectes auxquels nous faisons appel, ce sont pour la plupart des partenaires historiques avec lesquels nous travaillons parfois depuis plus de 15 ans. Travailler en corps d’état séparés nous apporte la garantie d’un travail soigné et d’une finition de qualité tout en proposant des prix abordables.

Ne pensez-vous pas qu'il y ait trop de normes dans le domaine de la construction ?

Ce n’est pas tant le nombre de normes qui pose problème, même s’il est élevé, mais plutôt le fait qu’elles changent tout le temps. Il faut un minimum de stabilité.

Pouvez-vous nous dire un mot sur Σnsemble, votre projet immoblier axé
sur la mixité sociale ?

Bien sûr. L’idée est de proposer aux communes de rassembler sous un même toit primo-accédants dans des appartements familiaux mais aussi seniors et adultes à mobilité réduite en résidences locatives. Des services de type crèches, haltes-garderies et commerces de proximité sont également prévus.

Parmi vos réalisations, de laquelle êtes vous le plus fier ?

L’une de nos plus belles réussites, ce sont les Terrasses des Bateliers, un projet que l’on a réalisé aux Pavillons-sous-Bois, le long du canal de l’Ourcq (93). Premièrement, cette réalisation d’inspiration hollandaise nous a valu de remporter un concours architectural. Sur les 65 logements – traversants ou à double orientation - que comporte cet ensemble immobilier, 63 sont orientés plein sud et comportent des séjours qui donnent directement sur le canal. Nous avons aussi créé un dojo (salle d’arts martiaux, Ndlr). De plus, la création des Terrasses… a contribué à redynamiser ce secteur géographique. Il y a désormais une école, des commerces… Côté budget, nous avons réussi le pari de proposer un prix au m² avoisinant les 3 500 € pour des appartements familiaux allant du 2 au 5 pièces. Enfin, cette résidence s’intègre parfaitement à son environnement. Elle est d’ailleurs connue et même reconnue. J’en suis très fier.

MDH Promotion, un promoteur pas comme les autres

Créé en 1994, MDH Promotion est un promoteur immobilier dont le cheval de bataille est de permettre aux familles d’accéder à des logements de qualité à un prix abordable.