Le guide pour réussir son investissement locatif dans le neuf

Location meublée : le statut LMNP

Location meublée : le statut LMNP
partage(s)

LMNP : quatre lettres pour un statut permettant de bénéficier d’une fiscalité ultra avantageuse sur ses revenus locatifs, la location en meublé non professionnelle. 

Les points positifs du statut LMNP

Si vous décidez de louer votre logement meublé, à condition que vos revenus locatifs ne dépassent pas 23 000 € par an ou ne représentent pas plus de la moitié de la totalité de vos revenus, vous pourrez bénéficier du statut de loueur en meublé non professionnel. Ce statut permet de toucher des revenus locatifs en grande partie voire totalement défiscalisés pendant de longues années. Vos loyers seront imposés dans la catégorie des « bénéfices industriels et commerciaux » (Bic). Au choix :

  • Le régime « micro-Bic » (possible jusqu’à 33 100 € de recettes) avec lequel aucune charge n’est déductible mais qui bénéficie d’un abattement automatique de 50 % sur les recettes ;
  • Le régime « réel » (sur demande si vos recettes sont inférieures à 33 100 €) qui permet de déduire de vos revenus locatifs vos charges (intérêts de votre prêt, travaux, frais de notaire, assurances, taxe foncière), mais aussi – et c’est la grande différence avec un logement loué nu – l’amortissement de votre bien.

Point négatif : pas de réduction fiscale directe

Contrairement au dispositif Pinel ou au Censi-Bouvard, la LMNP n’apporte pas de réduction fiscale directe. Mais ce n’est pas pour autant que l’intérêt fiscal sera forcément moindre, au contraire : faites vos propres calculs !

LMP, LMNP : quelles différences ?

Si vos recettes locatives dépassent 23 000 € par an et qu’elles représentent plus de la moitié de vos revenus globaux, vous pourrez accéder au statut de loueur en meublé professionnel (LMP). Vous bénéficierez des mêmes avantages que les loueurs en meublé non professionnels, mais pas que. Principal atout supplémentaire : en LMP, vous pourrez imputer vos déficits fonciers sur vos revenus globaux, pas uniquement sur vos revenus locatifs. Vous pourrez donc, non seulement éviter d’être imposé sur vos loyers, mais en plus alléger la fiscalité de vos autres revenus. Retenez aussi qu’un bien en LMP étant considéré comme professionnel, il ne compte pas pour le calcul de l’ISF.

Bon à savoir

Télécharger notre guide « Réussir son investissement locatif »