Le guide pour réussir mon achat dans le neuf

Faites le point sur votre apport personnel

Faites le point sur votre apport personnel
partage(s)

Raclez tous les fonds de tiroir et n’hésitez pas à solliciter la famille. Plus votre apport personnel est important, plus vous aurez les faveurs de votre banquier !

Plus l’apport est élevé, plus vous représentez un risque faible

Commencez par faire le point sur les économies que vous pouvez mobiliser pour financer votre achat : Livret A, épargne bancaire, portefeuille de titres… Comptabilisez, le cas échéant, les sommes bloquées sur votre plan d’épargne entreprise, les donations ou les prêts familiaux dont vous pourriez bénéficier, ainsi que le produit de la revente d’un précédent logement. La moitié des acquéreurs, déjà propriétaires d’au moins un bien immobilier, possèdent ainsi un apport conséquent susceptible de rassurer leur interlocuteur sur la qualité de leur dossier. Et lorsque les banquiers considèrent que leur prêt a de réelles chances d’être remboursé sans problème, ils vous octroient leurs meilleures conditions financières. Si vous disposez d’un solide apport (au moins 30 %), ils vous dérouleront le tapis rouge. 

Bon à savoir

Votre banquier sera rassuré si vous avez économisé de l'argent. Il sera plus conciliant au moment de la négociation du taux ou du montant.

Votre apport personnel est faible, voire inexistant ?

Pas de panique. Si les banques préfèrent les emprunteurs disposant d’un apport d’au moins 10 % du prix d’achat (hors frais de notaire et de garantie), elles sont prêtes à réviser leurs exigences pour de jeunes emprunteurs démarrant dans la vie professionnelle. 

Bon à savoir

Télécharger notre guide « Réussir son achat dans le neuf »