Hippodrome de Saint-Cloud, les logements de la discorde

Hippodrome de Saint-Cloud, les logements de la discorde
partage(s)

La mairie de la ville de Saint-Cloud, dans les Hauts de Seine, refuse le projet de construction de 6 000 logements sur le site de l'hippodrome.

Le communiqué du maire (UMP) de Saint-Cloud, Éric Berdoati, est clair : il s’oppose avec la plus grande fermeté  à la décision du gouvernement de créer une Opération d’intérêt national (OIN) sur l’hippodrome de Saint-Cloud. Dans le cadre du plan de mobilisation pour le logement, en Ile-de-France, plus de 20 sites ont été retenus par le gouvernement pour y construire, entre autres, des logements. L’hippodrome de Saint-Cloud fait partie des heureux élus et pourrait accueillir 6 000 logements. L’espace concerné  s’étend sur 75 hectares appartenant à France-Galop. Les 500 premiers logements devraient être livrés en 2020 si le chantier ne subit pas d’atermoiements.

Le site de l'hippodrome de Saint-Cloud est classé

Mais un problème de taille se profile : le site de l’hippodrome de Saint-Cloud (propriété de France Galop) est classé depuis le 8 juillet 1998. Le document d’urbanisme (PLU) de la ville de Saint-Cloud protège l’hippodrome et ne permet en aucun cas la réalisation d’un tel projet, explique l’élu. Le gouvernement est-il donc allé plus vite que la musique ? Un déclassement est-il possible au nom de l’intérêt général ? Le maire de Saint-Cloud demande avec insistance au Premier ministre de retirer cette décision. M. Berdoati veut même lancer une pétition dans les prochains jours pour impliquer les habitants de sa commune au nom de la préservation de l’environnement.