Faut-il s'inquiéter de l'extension du dispositif Pinel pour investir dans l'immobilier locatif ?

Faut-il s'inquiéter de l'extension du dispositif Pinel pour investir dans l'immobilier locatif ?
partage(s)

Vitré, en Ile-et-Vilaine, peut désormais construire des logements neufs en profitant des avantages du dispositif Pinel. Pourtant, la demande locative est considérée comme l’une des plus faibles de France.

L'extention du dispositif Pinel à la zone C

Un décret publié en mai dernier élargit aux communes de la zone C (celle où la demande des logements est la plus faible de France) la possibilité de recourir au dispositif Pinel pour construire des logements. Pour bénéficier de ce droit, les mairies doivent cependant faire une demande d’agrément auprès du préfet de région.

Vitré, la demande des logements est la plus faible de France

À Vitré, en Ile-et-Vilaine, cette opportunité ravit le maire. Située à une quarantaine de kilomètres de Rennes, cette commune de 18 000 habitants a décroché le sésame préfectoral en moins d’un mois. Elle devient ainsi la première ville de la zone C à bénéficier d’une dérogation. L’élargissement reste à ce jour expérimental et doit se terminer en fin d’année. Pierre Méhaignerie, le maire de Vitré, entend agir avec promptitude, dénombrant déjà 50 demandes d'investissement en Pinel à concrétiser dans les six prochains mois. L'ancien ministre UDI est un ardent défenseur de cette extension. Il insiste sur le fait que quatorze entreprises de plus de 500 salariés se trouvent dans un rayon de quinze minutes autour de Vitré et que les demandes en logement sont en hausse.

Le retour des « Robien de la colère » ?

Est-ce à croire qu’un remake du « Robien de la colère » est possible ? C’est ainsi que certains ménages qui pensaient devenir propriétaires, en espérant profiter d'un dispositif fiscal Robien, s’étaient retrouvés obligés de vendre leur bien à perte faute de locataires. 30 communes ont d’ores et déjà demandé à bénéficier d’une dérogation similaire. Un expert craint le pire : « On a bel et bien ouvert la boîte de Pandore », invitant les futurs investisseurs à éviter les zones C, estimant qu’il existe ailleurs d’autres possibilités plus sûres d’investir.