Construction : la reprise reste très fragile dans l'immobilier neuf !

Le BTP pourrait faire face à un « trou d'air » en 2018. © stockphoto mania
partage(s)

La remontée progressive des taux de crédit immobilier pourrait bien enrayer la belle dynamique engagée depuis plusieurs mois dans le secteur de la construction. Une chute de l’activité dans le logement neuf ne serait plus à écarter.

Une baisse de l’activité de la construction due à la remontée des taux

Malgré les chiffres positifs constatés depuis plusieurs mois, le secteur de la construction n’est pas à l’abri d’une rechute. En cause ? La remontée progressive des taux des crédits, qui pourrait se poursuivre tout au long de l’année 2017. Cependant, selon la Coface, société d’assurance-crédit, ce ralentissement de l’activité ne devrait pas être ressenti avant 2018. D’après Frédéric Wissocq, responsable de l’arbitrage branche construction de la Coface, le secteur du BTP est « dépendant de deux facteurs exogènes » : le niveau des taux d'intérêt et les incitations fiscales. Or, le maintien de ces dernières dépendra des choix effectués par le futur gouvernement. 

Bon à savoir

D’après cette étude, les taux devraient remonter à 2,2 % d’ici la fin de l’année 2017 et à 3 % en 2018.

BTP : les TPE en difficulté

Selon cette étude, la reprise du BTP reste très timide et ne bénéficie pas à tous les secteurs de la construction, puisque « 60 % de l'activité du BTP est issue de l'entretien-rénovation », comme le rappelle Frédéric Wissocq. Par ailleurs, les travaux publics sont les autres « grands oubliés » de la reprise. En effet, d’après la Coface et la FFB (Fédération Française du Bâtiment), le regain d'activité serait surtout lié aux grands travaux, en particulier ceux du Grand Paris. D'autre part, les TPE (Très Petites Entreprises), majoritaires dans le secteur de la construction, sont celles qui « souffrent » le plus, en raison, notamment, de leurs difficultés à accéder au crédit.

Ces derniers mois, il y a eu un effet d'aubaine de la part des acheteurs du fait des taux bas, et il y aura, à un moment donné, un trou d'air ».

 Frédéric Wissocq, responsable de l’arbitrage branche construction de la Coface.

Source : Florent Lacas pour Batiactu.