Le ralentissement des ventes de logements neufs s'accélère au 3e trimestre 2018

Les ventes de logements neufs sont en baisse de près de 10 % depuis le début de l’année 2018. Le secteur souffre surtout d’un manque d’offre et de la baisse des aides à l’accession dans certains secteurs.

Les ventes de logements neufs chutent de 10 %

Selon l’observatoire national de la Fédération des Promoteurs Immobiliers (FPI), sur les 9 premiers mois de 2018, les ventes de logements neufs baissent de 9,7 %, avec un ralentissement plus marqué au 3e trimestre. Sur 12 mois glissants, la baisse atteint 5,2 %. Cependant, les volumes demeurent importants, avec 83 481 logements neufs vendus sur 9 mois, légèrement moins élevés qu’en 2016 et 2017, mais supérieurs à 2015. Par ailleurs, les ventes aux accédants sont proches de l’équilibre (- 1,7 % sur 9 mois). L’accession à la propriété soutient le marché dans des régions comme l’Île-de-France (+ 8 %), les Hauts-de-France (+ 41 %) ou le Grand-Est (+ 13 %). De son côté, l’investissement locatif représente la moitié des ventes au détail en France mais ralentit en 2018 (- 17 % sur 9 mois). Ce ralentissement s’explique principalement par la fin du dispositif Pinel dans la zone B2, alors qu’il portait largement la construction neuve. De plus, certaines incertitudes (prélèvement à la source, réforme des retraites…) créent de l’attentisme chez les investisseurs.

Carte France Logements Neufs
Dans les Hauts-de-France, l’accession à la propriété dans le neuf est en hausse de 41 %. © FPI

Les mises en vente baissent de 17 % sur 1 an

La baisse des ventes de logements neufs résulte principalement d’un manque d’offre. En effet, trop peu de logements neufs sont mis sur le marché. Les mises en vente du 3e trimestre 2018 sont faibles en valeur absolue (19 219 unités) et surtout en nette décroissance (- 17,5 % sur 1 an), confirmant une tendance manifeste depuis fin 2017 (- 13,9 % sur 9 mois). Cette baisse est particulièrement marquée dans certaines grandes agglomérations et dans certaines régions où le marché est tendu. Ainsi nous notons une baisse de 24 % dans les Pays de la Loire, de 30 % dans le Grand-Est, de 33 % à Lyon, de 34 % en Occitanie Méditerranée et de 44 % en Bretagne. De con côté, l’Île-de-France, malgré la dynamique de production du Grand Paris, voit les mises en vente diminuer de 26 %. En outre, en raison du faible nombre de nouveaux projets, le stock de logements disponibles à la vente est trop faible : l’offre commerciale ne représente toujours qu’un peu plus de 10 mois de commercialisation en moyenne, quand on estime que 12 mois traduisent un marché équilibré.

Evolution Ventes Logements Neufs
Les ventes en bloc ont baissé d’environ 10 % depuis le début de l’année. © FPI

Si l’accession à la propriété reste stable et s’il est encore trop tôt pour tirer des enseignements sur l’évolution des ventes en bloc, la baisse de l’investissement locatif se confirme »

Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI France.