La cession des terrains par l’Etat permettra de construire 12 000 nouveaux logements

En récupérant 104 terrains et en les vendant à des promoteurs à des prix avantageux, l’Etat permettra la construction de 12 000 nouveaux logements. © Gautier Willaume (Photo d’illustration)
partage(s)

Peu de monde misait sur l’objectif 2016 de cession de foncier public par l’Etat. Les faits leur ont donné tort, avec la construction de 12 000 nouveaux logements à venir grâce au dispositif.

80 % des logements à vocation sociale

En visite à Rennes en fin de semaine dernière, Bernard Cazeneuve, le Premier ministre en a profité pour officialiser une nouvelle cession de terrains constructibles appartenant à l’Etat. L’ancienne caserne de Guines ne sera bientôt plus qu’un ancien souvenir, puisque 500 logements y seront construits, répartis sur 25 000 m², 80 % d’entre eux seront à vocation sociale. Le ministère de la Défense a fini par céder cette caserne alors qu’il était peu enclin à le faire dans le cadre de ce dispositif.

Une décote moyenne de 60 % du prix du foncier

Dans la foulée, Bernard Cazeneuve en a profité pour tirer un nouveau bilan de ces cessions indispensables pour augmenter la construction de logements. Il y a trois mois, les objectifs 2016 semblaient difficilement atteignables. Sur la centaine annoncée, seule une trentaine paraissait possible fin octobre. Puis le calendrier s’est emballé : 104 terrains ont été cédés avec une décote moyenne sur le prix de vente de 60 %. Conséquence : 12 000 nouveaux logements (moitié logement classique, moitié logement social) devraient sortir de terre en 2017. La SNCF et le ministère de la Défense (malgré ses réticences) en sont les contributeurs principaux, disposant il est vrai d’un patrimoine important.

Logements sociaux, les communes carencées accélèrent !

Dans une ville exemplaire en matière de logement comme l’est Rennes, le Premier ministre en a profité pour faire le point sur la loi Solidarité et renouvellement urbain (Sru), imposant aux communes de plus de 3 500 habitants la construction de 20 à 25 % de logements sociaux. Tous les trois ans, un bilan est rendu public : le Premier ministre a annoncé que le bilan 2014-2016 serait sans doute nettement meilleur, avec, notamment, 22 000 logements construits au cours de ces trois dernières années dans les communes carencées, soit un triplement de la production par rapport à la période 2011-2013.

La SNCF ne veut plus brader ses bâtiments à l'Etat

Avec 3 000 hectares de terrains urbanisables, sur 20 000 au total, le grand propriétaire foncier, né du regroupement des biens de SNCF et de RFF depuis la réforme ferroviaire, n’entend plus vendre seulement aux villes intéressées son foncier et encore moins le brader à l’Etat pour y construire des logements. La SNCF souhaite conserver certains bâtiments construits et en tirer des revenus, pour augmenter ses 250 millions d'euros de recettes immobilières annuelles, dont 140 issus des cessions et 110 des loyers.