Une belle année 2015 pour l'immobilier neuf

Une belle année 2015 pour l'immobilier neuf

4 sur 4 en 2015 ! Pour le quatrième trimestre consécutif, l'Observatoire de la Fédération des Promoteurs Immobiliers de France (FPI) a enregistré une augmentation des ventes. Ces chiffres viennent clore une année satisfaisante.

Hausse des ventes dans l'immobilier neuf pour le 4e trimestre consécutif

En ce mois de décembre, la FPI vient de publier les dernières statistiques de l'année concernant les ventes dans l'immobilier neuf. Avec une hausse de 18 % et un total de 25 247 logements réservés, le secteur se porte toujours aussi bien. L'une des clés de cette croissance reste, selon la FPI, les ventes aux investisseurs qui enregistrent, quant à elles, une hausse de 54 % tandis que l'accession à la propriété sur le plan national n'a augmenté « que » de 4,7 % sur l'année ! Par ailleurs, l'un des autres chiffres notables de 2015 reste le nombre de mises en vente en deçà des espérances. Toujours d'après la FPI, cela témoigne des « difficultés des opérateurs à lancer de nouveaux projets » (allongement des durées pour les permis de construire, recrudescence des recours...).

Nous sommes donc dans la continuité du troisième trimestre. Chez Capifrance, nous notons une tendance similaire. Mieux, nous enregistrons des résultats en hausse de 43 %. Nous avons fait un mois de septembre particulièrement bon ».

Virginie Cottet-Moine, responsable filière Neuf au sein du réseau Capifrance.

Objectif pour 2016 : maintenir le cap des ventes de logements neufs

Pour l'année prochaine, les professionnels du secteur considèrent qu'il n'y a aucune raison que la bonne tendance actuelle s'inverse. Et pour cause, avec l'élargissement du PTZ et la reconduction d'un dispositif Pinel jugé efficace, les motifs d'espoir ne manquent pas. En 2016, Capifrance espère donc « peser encore un peu plus sur le marché du neuf, afin d'être un acteur incontournable sur ce secteur ».

L'élargissement des critères d'éligibilité au PTZ devrait générer des ventes. En tout cas, les gens qui n'étaient pas finançables cette année pourraient certainement l'être l'année prochain. Donc le marché devrait être encore plus dynamique qu'en 2015 ».

Virginie Cottet-Moine.

La rédaction vous conseille :