Les mises en chantier des logements neufs en baisse de 5 % !

Les mises en chantier des logements neufs en baisse de 5 % !

En France, les mises en chantier des logement neufs ont reculé de 5,2 % entre juin et août par rapport à l'été 2017. Cela confirme le léger ralentissement constaté depuis début 2018 : une tendance que le gouvernement veut inverser avec la loi Elan.

Les mises en chantier reculent de plus de 5 %

Les mises en chantier des logements neufs ont reculé de 5,2 % pendant la période estivale, par rapport à la période similaire en 2017, selon des chiffres publiés par le ministère de la Cohésion des territoires. Au cours de ces trois mois, les mises en chantier se sont élevées à 87 700 tandis que le nombre de permis de construire a diminué de 12 %, à 116 600 unités. Concernant les mises en chantier, qui témoignent du niveau effectif de la construction de logement, leur baisse conserve le rythme observé depuis plusieurs mois. Le mois dernier, le ministère avait annoncé un recul de 4,9 % entre mai et juillet. De son côté, le recul des permis de construire continue de s'accélérer. D'avril à juin, ils n'avaient baissé que de 4,3 % par rapport à la même époque de 2017, mais entre mai et juillet, la baisse avait déjà atteint 12,1 %. Après deux années de progression régulière, le logement neuf donne des signes d'essoufflement depuis le début 2018. Pour inverser la tendance, le gouvernement a promis de relancer l'offre avec la loi Elan.

Chiffres clés

Sur 12 mois cumulés, les mises en chantier continuent d'augmenter puisqu'elles progressent de 3 %, à 422 300 unités.

Le taux d’annulation des logements explose dans le collectif

Conséquence de cet essoufflement du marché, sur l'ensemble de l'année écoulée à fin août, les permis de construire accordés reculent de 5 %, à 474 000 unités. En revanche, toujours sur 12 mois, les mises en chantier continuent d'augmenter puisqu'elles progressent de 3 %, à 422 300 unités. C'était déjà le cas pour la période allant de mai 2017 à juillet 2018 (+ 3,4 %). Dans le détail, la construction des logements individuels purs a dévissé (- 8,1 %) à fin août tandis que celle de logements collectifs a explosé (+ 23,4%). Le taux d'annulation des logements individuels autorisés (10,9 %) reste lui stable et inférieur à la moyenne de longue période (12,2 % d'août 2009 à août 2018). Après avoir baissé lors du premier semestre, le taux d'annulation dans le collectif (25,8 %) poursuit la hausse amorcée en juin, à des niveaux supérieurs à la moyenne longue période (18,8 %). En ce qui concerne le délai moyen d'ouverture des chantiers, il progresse et atteint 5,3 mois dans l’individuel, et reste identique dans le collectif, à 11,2 mois.

Vidéo : le marché du logement neuf tourne au ralenti